Salade d’oranges

En ce moment nous avons de bonnes oranges calédoniennes bien juteuses. C’est le moment pour cette recette « marocaine ».

Recette

Pour deux personnes, peler 5 oranges à vif en récupérant le jus autant que possible. Mettre les suprêmes dans une jatte en faisant bien attention d’enlever les pépins.  

Ajoutez de la menthe fraîche coupée et de la cannelle. Je ne rajoute pas de sucre car les oranges sont suffisamment sucrées comme cela. Remuez doucement et mettre dans deux coupes. Réservez au réfrigérateur.

J’ai essayé une tarte aux pommes roses !

Une vidéo sur Facebook m’a décidé d’essayer. Ça avait l’air facile et appétissant. J’ai retrouvé la vidéo sur YouTube en tapant « tarte aux pommes rose » . Je ne suis pas déçue par l’aspect. Mais pas encore goûtée 😀

Voici les photos

   
   

Qu’en pensez vous ? 

En tous cas c’est à la portée de tous, lancez-vous !

Un porte boisson

Un petit cadeau pour un anniversaire fait le mois dernier. Je n’ai pas trouvé le temps de vous le montrer car prise par des obligations familiales très prenantes…

20130709-135034.jpg

Qu’est-ce donc que cela ?

Un porte bouteille pour une copine qui ne se déplace jamais sans sa boisson préférée !

20130709-135224.jpg

Du noir, du jaune et du blanc pour ce porte bouteille en bandoulière. De mignons petits boutons assortis et hop, voilà ma copine parée pour de grandes aventures (le lèche-vitrine en particulier) et assurée de ne pas mourir de soif lors de ses déplacements :-))))

20130709-135537.jpg

Champignons de Paris à Nouméa

 

Nous savions qu’une nouvelle “champignonnière” s’était ouverte à Nondoué, sur la commune de Dumbéa. Cet après-midi nous y sommes allées, ma sœur et moi, histoire de voir comment avait poussé cette toute nouvelle structure. Le journal local en avait parlé  en ces termes :

Jean-Marcel et Sonia Siu se sont lancés dans la culture de champignons de Paris. Un projet préparé minutieusement depuis quatre ans mais qui se heurte désormais aux difficultés du marché. Le défi est à la hauteur de la motivation de ces producteurs calédoniens.

Après une petite promenade tranquille en ce début d’après-midi sur la route qui mène à Dumbéa, nous avons trouvé facilement le lieu bien indiqué grâce à plusieurs panneaux. Nous nous sommes garés face à un dock tout de vert vêtu. Quelques toutous débonnaires sont venus à notre rencontre.  L’accueil chaleureux que l’on y a trouvé a fait toute la différence et le charme de cet endroit.

Une dame nous a bien gentiment ouverte l’une des pièces climatisées où poussent les champignons et nous avons pu découvrir un endroit étonnant.

 

DSCN1028 Copie de DSCN1022

La température est de 23 degrés dans les cellules où sont élevés ces petits champignons qui grandissent à vue d’œil, dixit le monsieur en jaune :-)))

Copie de DSCN1023  DSCN1025

Sur les conseils de notre hôtesse, nous avons même pu goûter à un champignon cru  !

DSCN1026 DSCN1027

Nous sommes reparties avec chacune un kilo de beaux champignons bien blancs à 1.600 F.CFP le kilo. Prix très raisonnable par rapport à ce que l’on trouve sur les étals des supermarchés de la place.

Ce soir, j’ai donc préparé une bonne salade de champignons crus avec huile d’olives, citron, sel, poivre et persil.

champi

Pour accompagner une viande c’est un vrai délice !

Nous retournerons régulièrement là-bas, acheter nos champignons de Nouméa !

Mon pain sans façon

Quand j’ai la flemme de sortir de chez moi pour aller chercher le pain (cela m’arrive assez souvent), et si je m’y prends assez tôt (vers les huit heures du matin) je mélange un peu de farine avec deux sachets de levure pour pain, un cuillérée de sel fin et d’un peu d’eau chaude et je pétris un peu (pas trop) jusqu’à en faire une boule qui se détache bien. Je laisse reposer une heure ce qui nous ramène à neuf heures.

La pate à bien lever alors je la découpe en petits pâtons assez grossiers et j’enfourne pour une demi-heure à trois quart d’heure selon la grosseur de mon pain. Et à midi, nous avons donc un bon pain frais fait maison. Rien d’extraordinaire, mais assez plaisant tout de même, ne serait-ce que de se dire que “c’est moi qui l’ai fait !” ….

 

marquise 016 marquise 015

Un vin d’exception…

Pour déguster un tel vin, il fallait sans aucun doute un repas pensé spécialement pour.

50ans 013 Le bébé dormait depuis quelques semaines dans notre cave réfrigérée,  en fait depuis que zhomme l’avait reçu en cadeau pour ses soixante ans, offert par de très bons amis. Ce cadeau a fait tout de même 20000 Km pour arriver chez nous. La Nouvelle-Calédonie, ce n’est pas la porte à côté de la France !

Nous avions peur d’une mauvaise expérience

Imaginez, un vin de 1950 donc qui a en tout et pour tout, soixante ans d’âge, celui de zhomme ! Allait-il être bon ? Avait-il bien traversé les ans ? Avait-il supporté le voyage ? Mille questions que nous nous posions. Avec quoi allions-nous le déguster ? Car un tel vin devait accompagner un repas particulier. C’est donc avec la tête remplie de questions que nous avions décidé de déboucher la bouteille en compagnie de nos amis.

La température aussi était importante. 20 ° pour un vin d’exception et celui-ci en était un, alors que la température extérieure avoisine ici les 30°.

Notre menu :

Entrée : de simples tranches de saumon fumée avec citrons du jardin accompagné d’un petit muscadet bien frais ;

Ensuite, nous avions prévu des tournedos Rossini pour accompagner ce vin. Une petite écrasée de pomme de terre rehaussée d’un peu de muscade en accompagnement.

et pour finir, une mousse au chocolat toute simple (le chocolat est une merveille avec le vin).

50ans 029 50ans 032

Le décantage a été toute une affaire :-) 

Chateau Maison-Blanche Montagne Saint-Emilion 1950

50ans 015 50ans 020

50ans 023 50ans 024

Et bien, le croiriez-vous ?  Le vin était excellent et a tenu sa promesse.

50ans 025 Un décantage tout ce qu’il y a de plus normal. Le vin est resté stable tout au long du repas et a magnifiquement accompagné les mets préparés. Jusqu’au fromage et le dessert.

Nous craignons tous tant qu’il ne soit pas à la hauteur, et bien nous avons été surpris par sa tenue, sa robe, ses odeurs et son goût en bouche. Une merveille !

C’était vraiment un vin d’exception que nous n’aurons pas souvent l’occasion de boire. Nous avons profité de ce moment magique. Imaginé, soixante ans après avoir été récolté, il était sur notre table !

Un pur moment d’extase !!!!!