Vacances infernales – 56 –


Chloé reposa le combiné et se précipita sur Thomas qui commençait à bouger dans son parc. Elle le prit dans ses bras et courut jusqu’à la porte d’entrée  qu’elle ouvrit d’un geste. Un vent de cendres tourbillona autour d’eux et une odeur âcre lui remonta dans la gorge. Instinctivement,  elle repoussa le battant de la porte et recula. Que devait – elle faire ? Attendre les secours ou bien s’ aventurer jusqu’au portail ? Elle était indécise. Elle posa Thomas à même le sol dans le couloir et revint sur ses pas. Elle devait au moins se munir de son sac et de quelques effets de l’enfant. Elle rajouta un biberon de lait qu’elle avait préparé plus tôt.
Si jamais la maison brûlait,  elle serait démunie de tout, songea-t-elle désespérée.
Elle récupéra le bébé d’un côté, les sacs de l’autre et rouvrit la porte. Elle respira un grand coup et fonça sans plus réfléchir sur la longue allée qui menait jusqu’au portail. Dans son dos, elle pouvait deviner le crépitement du feu qui dévalait la colline.

image

2 réflexions sur “Vacances infernales – 56 –

  1. Il faudrait que Chloé se dépêche d’arriver quelque part en sécurité! A cette allure là, je crains fort que les flammèches ne la rattrapent….
    lol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s