Vacances infernales – 8 –



— Je prends par l’autre côté, nous devrions nous rejoindre derrière, suggéra la femme.
D’un pas rapide, Victor fit le tour du relais tout en fouillant du regard partout autour de lui. Il ne trouva personne et lorsqu’il revit la propriétaire secouant la tête de gauche à droite, son cœur se serra encore. Il était arrivé quelque chose à Chloé, il en était maintenant certain.
— Il faut appeler les gendarmes, conclut-il.
Ils se dirigèrent vers l’accueil et la gérante appela elle-même les militaires :
— Ils seront là dans un quart d’heure monsieur, voulez-vous un café en les attendant ?
— Merci, mais non, je serais incapable d’avaler quoi que ce soit maintenant.
— Vous pouvez vous installer dans le salon en les attendant, il est vide.
— Merci, il faut que je passe un coup de fil.
Victor récupéra les affaires qu’il avait laissé sur la table et sous les regards interrogateurs de certains clients, se réfugia dans le salon…

20131104-204812.jpg

2 réflexions sur “Vacances infernales – 8 –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s