Un peu de poésie dans ce monde de brute !


 

J’ai aimé tout particulièrement ce poème trouvé sur le net.

C’est Anna de Noailles qui l’a écrit (1876-1933)

 

J’écris pour que le jour où je ne serai plus

On sache comme l’air et le plaisir m’ont plu,

Et que mon livre porte à la foule future

Comme j’aimais la vie et l’heureuse nature.

Et j’ai eu cette ardeur, par l’amour intimée

Pour être, après la mort, parfois encore aimée.

Et qu’un jeune homme, alors, lisant ce que j’écris,

Sentant par moi, son coeur ému, troublé, surpris,

Ayant tout oublié des épousee réelles,

M’accueille dans son âme et me préfère à elles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s