Si vous n’avez pas lu "Mort sur le Nil"


 

ou ne vous rappelez pas très bien des intrigues qui balisent tout le livre d’Agatha Christie, voici de quoi vous rafraîchir un peu la mémoire :

Dans la petite ville d’Assouan qui se niche au bord du Nil, quelques touristes patientent avant le départ du splendide bateau à vapeur qui doit les emmener en croisière. Parmi eux, un curieux petit homme avec une drôle de moustache militaire et des yeux verts perçants. C’est Hercule Poirot, détective, qui se trouve être par hasard parmi eux.

Poirot est le seul à remarquer l’extrême pâleur d’une jeune femme, Linnet Doyle et son mari Simon Doyle, dont l’expression tendue lui paraît étrange. N’est-ce pas là une attitude bizarre pour deux jeunes mariés qui viennent passer leur lune de miel ? Poirot se pose des questions. Sans avoir l’air de rien, il se renseigne et découvre bientôt qu’une femme, Jacqueline de Bellefort, les suit depuis leur départ de Londres. C’est l’ex-fiancée de Simon, qui l’a laissé tombé pour la riche Linnet, car il aime par-dessus tout le luxe. C’est Jacqueline qui l’a poussé dans les bras de Linnet, multimillionnaire, qui était son amie. Cette dernière avait besoin d’un intendant et de fil en aiguille, Simon l’a charmé et ils se sont mariés.

Jacqueline avait rêvé d’emmener Simon dans ce merveilleux voyage et elle se ronge toujours d’amour pour lui. Poirot a compris la déception de cette femme aux yeux poignants, assise sur ces rochers surplombant le Nil, en attendant le départ du Karnak. Elle semble perdue dans ses pensées et sentant son désespoir, il lui adresse la parole et lui demande de monter sur le bateau et d’oublier le passé. Elle semble complètement perdue, se met à rire de façon hystérique et lui montre le petit pistolet qu’elle serre dans son sac…

Le Karnak largue enfin les amarres avec tout son monde à bord. Il glisse lentement à travers de magnifiques paysages sauvages. Il fait très chaud, et les passagers sont tous un peu assoupis. Poirot en profite pour faire connaissance avec d’autres voyageurs dont le comportement l’intrigue. Il y a Andrew Pennington, exécuteur testamentaire de Linnet : Poirot découvre qu’il ment comme il respire et semble avoir déjà fait de bien mauvais coups. Et que doit-il penser de Tim Allerton ? Ce jeune homme a visiblement une forte antipathie pour lui et ne manque pas de le lui faire comprendre. Il y a aussi un archéologue qui reçoit d’étranges télégrammes codés, une vieille dame qui ne peut s’empêcher de voler et une domestique aux airs énigmatiques.

Par une chaude nuit, le drame éclate. Linnet Doyle vient de quitter le salon des passagers pour aller se coucher, presque aussitôt suivie par Pennington. Simon, confortablement installé, lit un magazine. Assise à une table voisine, Jacqueline le fixe d’un regard noir. Elle a bu plus que de coutume et ne peut s’empêcher de lui dire à haute voix tout ce qu’elle a sur le coeur. Simon lui demande de se taire mais elle continue sans pouvoir s’arrêter. Très vite, le ton monte. Tout à coup, la jeune femme s’écroule, blessé au genou. Tout le monde s’affole, fait beaucoup de bruit et Jacqueline, hurle. Si bien que personne n’entend une détonation qui retentit au même moment dans la cabine de Linnet Doyle. Ce n’est qu’au petit matin que la femme de chambre découvre le cadavre de sa maîtresse et le détective est immédiatement appelé sur les lieux du crime. La jeune femme a été tuée d’une balle dans la tête durant son sommeil. Sur le mur blanc, un doigt maladroit a tracé la lettre J en couleur rouge-sang. Le détective est indécis. Voudrait-on lui faire croire que Linnet a voulu ainsi dévoiler l’identité du meurtrier avant de rendre son dernier soupir ? De toute façon, Jacqueline de Bellefort ne peut être coupable puisqu’au moment où le crime a été commis, de nombreux témoins assistaient à la violente altercation qui l’opposait à Simon. Alors qui a tué Linnet Doyle ? Poirot devine que certains passagers en savent plus long qu’ils ne veulent bien l’admettre…

L’enquête est à peine commencée qu’un deuxième crime est commis. Puis, un troisième. La croisière de rêve bascule irrémédiablement dans le cauchemar. Hercule Poirot doit faire preuve de toute son imagination pour démasquer le coupable.

Dans mort sur le Nil, Agatha Christie montre toute la mesure de son génie de l’intrigue. Elle multiplie les énigmes et les fausses pistes afin d’égarer le lecteur dans des labyrinthes qui sont un défi à son intelligence.

clip_image001

WordPress Mots clés : Mort sur le Nil, Agatha Christie, Hercule Poirot, Poirot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s