Cadence, ton, présence, grain – Hors série 2


 

Aujourd’hui je parlerai de la cadence, du ton, de la présence d’un auteur et du grain de son écriture. Et oui, il y a de tout cela dans un texte et c’est d’eux dont dépend la personnalité et le style d’un écrivain.

La présence et le ton sont souvent présents dès le premier jet d’un texte.

La cadence et le grain, en revanche, peuvent plus facilement s’améliorer à la relecture, par une correction attentive.

La durée ou cadence se caractérise par trois sortes d’écriture : la classique, la baroque et la précieuse.

L’écriture classique, c’est l’équilibre du sens sur le rythme. "La charge se répartit au fur et à mesure du défilement ; ce qui ne veut pas dire qu’elle soit forcément égale ou monotone ; elle ménage ses surprises". C’est une écriture dégraissée. (Racine, La Bruyère, La Fontaine, Stendhal, Flaubert, Jules Val-ès.

L’écriture baroque est surchargée de sens : "il y a plus de sens que de défilement ; on est dans la durée lourde ; la charge est forte et tend à ralentir la cadence ; on écrit pour étonner". (Hugo romancier, Balzac, Zola, Aggripa d’Aubigné, Huysmans, Léon Bloy, Octave Mirbeau et Céline).

L’écriture précieuse, c’est l’inverse : une certaine raréfaction du sens au long du parcours. "Le parcours l’emporte, le sens se raréfie, l’arabesque prime ; les impératifs du mouvement passent avant ceux de la signification". A la limite, c’est la "danse sur place" : des variations multiples sur toujours la même idée.(Simonin, San-Antonio…)

 

Des trois écritures, la classique est sans doute à la fois la plus difficile à réussir et la moins visible du lecteur : l’écriture coule sans se faire remarquer en tant qu’écriture : elle s’éfface constamment devant le sens, toujours préoccupée de le mettre en valeur. L’écriture classique se rencontre dans les écrits utilitaires bien rédigés : recettes de cuisine, mode d’emploi. Pas un mot de trop, pas d’effet de style" : juste ce qu’il faut pour communiquer pas à pas une information.

Le ton est l’humeur de l’auteur : implication de l’auteur dans son texte, le ton est facile à reconnaître intuitivement. Il peut être hautain, furieux, irrité, violent, modeste, retenu, etc… Il résulte du caractère de l’écrivain et de son humeur au moment de prendre sa plume

La présence est assez indispensable dans des genres comme la lettre ou le mémoire intime. Dire "je" à l’écrit renforce la présence, cela de préférence au "il" plus neutre. Certains "nous" ont aussi de la présence, si on sent derrière, la volonté d’un groupe. Beaucoup moins, si c’est le "nous" de modesties, celui du scientifique par exemple. C’est ainsi que le choix entre je, tu, il, nous, vous, ils et on, est si important pour l’écrivain. De ce choix initial et de ses changements, dépendra beaucoup.

Alliée au ton, la présence est ce qui fait la "signature" d’un écrivain. Autrement dit, ce qui permet de le reconnaître même en l’absence de signature.

Le grain est le travail de finition : l’auteur peut affiner un texte plus ou moins longuement pour y enlever négligences, aspérités, rudesses, répétitions… Selon le degré de pollissage, on dira que le grain est fin ou grossier.

 

En conclusion :

Bien entendu, ces quatre paramètres ne sont pas absolus et doivent être appréciés en situation. Le même auteur peut être classique ici, plus baroque là, précieux enfin dans un autre texte ou passage. Son grain peut être grossier dans un écrit intime, très fin au contraire dans un livre destiné à la publication. De plus, ici, il aura un ton emporté, là un ton retenu. N’empêche que des dominantes subsistent.

     Pommeliane

 

mots clé : la cadence, du ton, de la présence d’un auteur et du grain de son écriture

3 réflexions sur “Cadence, ton, présence, grain – Hors série 2

  1. Sincèrement, je n\’aurai jamais pensé que l\’on puisse citer San Antonio en exemple d\’écriture précieuse!
    Comme quoi, tout ceci n\’est vraiment pas ma partie………………..
     

  2. …des variations multiples sur toujours la même idée… Si tu as déjà lu du San-Antonio, tu auras peut-être remarqué que son auteur tourne toujours autour du même thème ! Attention, il ne faut pas prendre le mot "précieuse" dans le sens de préciosité, mais plutôt dans la manière de faire (manières, maniéré, précieux…)
    Merci à toutes les deux d\’avoir la patience de me lire encore :-))))
    bisous
    pommeliane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s