Recueil de mots


19 juillet 2007

Je n’ai pas résisté à l’envie de vous mettre ici des mots recueillis dans mon quartier, la Rivière Salée, qui se situe à l’entrée de Nouméa,  suite à une exposition photographique (portraits) qui a eu lieu à la médiathèque ! Je n’ai pas les photographies qui étaient magnifiques et qui ont été prises lors d’un stage photographique organisé par l’Association « Ombre et Lumière ». Il s’agissait de faire revivre les souvenirs du quartier…

« RECUEIL DE MOTS »

Mme D.  Renée :

Je suis venue rejoindre mon mari qui travaille dans les mines. Cela fait 40 ans que j’habite dans le quartier.  Je fais partie des premiers locataires. Pour 100 francs, je pouvais acheter de la viande ou autre chose mais il restait encore de la monnaie. Un billet de bus coûtait 5 francs, puis 10 francs. Quand je suis arrivée dans le quartier, il y’avait de la brousse partout.

V. Nathalie

J’habite depuis 1971 dans le quartier. C’est un quartier choc ! Il y a une bonne entente entre les différentes ethnies. Par contre, les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus de respect, alors que nous, on avait toujours les parents pour nous mettre sur le droit chemin !

Les jeunes de Boston

Le quartier a changé. Les appartements ont été refaits. Nous avons été à l’école des Roses, Robert Burck, Suzanne Berton et le collège de la Rivière Salée. Il y a une bonne ambiance dans le quartier. Quand nous étions petits, nous ne voulions pas quitter le quartier, mais à présent nous avons envie de partir car il n’ y a presque plus de jeunes !

Mme P.  Marie

J’ai 8 enfants et 12 petits-enfants. Cela fait 30 ans que j’habite ici. Je n’ai jamais eu de problème avec le voisinage. Avant, il y avait les Etablissements Ballande, avec toutes sortes de boutiques et tout était couvert. Mes enfants ont été à l’école dans des établissements privés à la Vallée-des-Colons et à l’Anse-Vata.

V.  Jacky – 64 ans

Je suis né à Canala, mais je viens de Maré. Avant d’habiter à la Rivière-Salée, je vivais à la Vallée-du-Génie. Cela fait 33 ans que j’habite ici. Je travaillais à la Société Le Froid. Les jeunes, avant, ils faisaient des réunions pour tout (le travail, les mariages, les deuils…)

La grand-mère de Sherley

J’habite la Rivière-Salée depuis 34 ans. Avant, j’habitais à Carcopino. J’aime la vie ici. J’avais besoin d’une maison car avant j’étais dans un studio et c’était petit. Ce que je n’aime pas dans le quartier, c’est que beaucoup de jeunes font du bruit la nuit et des fois ce ne sont pas que des jeunes du quartier.

K. Atonio – 87 ans

J’habite la Rivière Salée depuis 1971. Avant, il n’y avait que des villas. Maintenant, il y a des maisons à louer. J’ai payé le terrain pour faire ma maison et j’aime bien ce quartier.

O. Delphine – 59 ans

Avant, j’habitais la Vallée-des-Colons, chez ma belle-mère et je suis venue ici, parce que mes enfants étaient trop nombreux. Il fallait de la place. J’aime beaucoup ce quartier.

Mike

J’habite à la Rivière Salée depuis 1984, avant j’étais à Ouvéa. Je suis venu à Nouméa pour le travail.

Marie-Rose N. – 26 ans, pas d’enfant et 5 frères et 3 sœurs.

Je suis arrivée avec mes parents en 1978. J’ai grandi ici. Il y avait un terrain de volley et les trois écoles étaient déjà construites. On se rencontrait entre jeunes et on s’entendait bien. Il y avait le centre commercial Ballande et maintenant c’est Leader Price. A l’âge de cinq ans, j’accompagnais mes grands frères et sœurs dans les rues du quartier pour jouer au cricket. A cette époque, on jouait avec des boites de lait et dans les palétuviers. Maintenant, l’environnement et le décor ont changé, ils ont construit des routes et il y a de moins en moins de verdure. Chaque génération habite seule, avant on était tous ensemble, les grands-parents, les parents et les enfants.

Mr S. Christian – 30 ans

J’ai grandi dans le quartier de KNJ’S et avant OKERIOSE, c’était plutôt les grands frères (OKECESOIR) j’ai fait partie de ceux qui ont donné le nom. Avant, c’était un quartier choc. On vivait comme une tribu. Avec les voisins, on s’entendait bien, quand on manquait de sucre ou de riz, on allait chez les voisins, à côté, ils nous donnaient sans problème. Maintenant, le quartier est devenu résidentiel.

Avant, les jeunes, c’étaient nos grands frères, on leur devait beaucoup de respect.

C’est un peu difficile maintenant, que nos jeunes suivent les traces de nos grands frères.

Avant, on se donnait rendez-vous au poteau à neuf heures, et on attendait les autres copains pour jouer au ballon. On souhaitait la bonne année à tous les gens du quartier comme s’ils faisaient partie de la tribu…

Mr H. Edmond – 68 ans et neuf enfants

Avant de venir ici, j’habitais Pierre Lenquette. Je suis arrivé au quartier Kanjas en 1978 et il n’y avait que les secteurs 1 et 2 qui étaient construits. On m’a proposé un petit bout de terrain et j’ai pris le n° 8. Je n’ai pas de problème avec mes voisins. Je considère leurs enfants comme les miens. Avant, la vie était beaucoup moins chère !

W. Vaniatua – 30 ans, sans enfant

Nous avions comme loisirs, la musique, le sport. Nous sommes arrivés en 1979 quand les écoles étaient déjà construites. Avant, les jeunes se droguaient beaucoup, maintenant le quartier est plus calme et les jeunes ont trouvé du travail !

Romain L.

Je trouve le quartier choc, il y a de l’ambiance et pourtant c’est plus calme qu’avant. Le magasin Ballande avait des prix beaucoup plus chers que ceux de Leader Price maintenant !  J’habite le quartier Mélomane depuis que je suis tout petit. Le nom de mon quartier vient d’un groupe de musique. Je suis tranquille ici, il n’y a pas d’histoires !

Terasson

Mes parents habitent le quartier depuis déjà très longtemps. La plupart des jeunes ont changé. Je préfère le magasin Ballande que le Leader Price car les produits ne sont pas très bons et en plus, il y a trop de règlements ???

Silvana

Je ne sors pas trop de chez moi et je ne me rends pas compte si le quartier a évolué. Je n’ai pas de famille dans le quartier, ils habitent plutôt à Robinson. J’ai deux sœurs et deux frères. Je trouve que les jeunes d’aujourd’hui sont de plus en plus voyous, ils font beaucoup de bêtises. Le quartier est bruyant. Par contre, mes voisins sont calmes et sympas !

Anonyme

La mentalité des jeunes, ce n’est pas très joli. Depuis 31 ans, j’habite ici. Je m’entends bien avec les gens à part ceux des immeubles qui lancent des pierres sur mon toit. Les jeunes d’aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’il faut faire d’eux !

Je trouve la médiathèque bien pour les jeunes, je ne suis jamais allé dedans ! Il y a plus de choses pour les jeunes aujourd’hui mais certains parents ne s’occupent pas ou mal de leurs enfants !

W. Julien

La médiathèque c’est bien pour les jeunes. Cela les occupe et ils évitent de faire la bagarre entre eux. On ne peut rien dire, sinon on se fait promener. Je trouve que la population a évoluée.

Mme T. Marie-Josée – 38 ans

J’habite le quartier NKL’S. J’ai quatre enfants et je m’entends bien avec les voisins.

Melle L. Alexandrine – 19 ans originaire de Belep

Avant il y avait de la brousse partout. Il y a eu beaucoup de changement, entre l’environnement et la mentalité des jeunes.

Johan –

Je m’appelle Yohan, je suis originaire de Toklove et je reste dans le quartier de la Rivière Salée depuis 15 ans. Depuis que je suis tout petit, j’habite le 1er secteur dans le quartier de Boston. Je trouve que notre quartier a beaucoup changé. Les jeunes sont plus respectueux. Depuis que je fais de la musique, j’avance plus. Ce sont les mamies du quartier qui nous on encouragé.

Mr P. Gill

est arrivé dans le quartier dans les années 72. Il avait 6 ans et maintenant il est père de 3 enfants et il habite toujours chez ses parents à GVRST. Dans son temps, il n’y avait pas de loi sauf celle de se baigner dans la mer.  Il y avait une bonne entente entre les jeunes, ils étaient très solidaires.

Mme M. Falakika (Françoise) – 53 ans

Je viens de Thio et je suis venue vivre chez ma sœur depuis que mon mari est décédé. Il travaillait sur la mine, à la SLN.

Mr L.  Maono – né en 1964 Et Mme W. Marie-Hélène – née en 1967

Ils sont arrivés à la Rivière Salée dans les années 72  avec leurs parents. Il y a une bonne entente entre les voisins et les magasins étaient nos points de rencontre. A l’époque, les bus terminaient leurs tournées vers dix sept, dix-huit heures.

clip_image001

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s