On est encore tombé dans le panneau !


16 juin 2007

Voici un article écrit par Yohan Doucet, journaliste aux Nouvelles Calédoniennes, connu pour ces « portraits » et qui est paru dans Les Nouvelles Calédoniennes de ce week-end du 16 et 17 juin 2007. Je me permets de le retranscrire ici car je le trouve pertinent et particulièrement bien écris :

On va retomber dans le panneau

« Parallèlement à la campagne pour les élections législatives, une autre campagne a occupé les institutions calédoniennes, ces quinze derniers jours. Celle en faveur de l’environnement. Louable intention à quelques mois de la probable inscription d’une partie du récif corallien au patrimoine mondial de l’Unesco.

L’objectif avoué de ces journées est de sensibiliser le grand public. Ainsi, chacun y va de sa plantation d’arbres de la forêt sèche, de son exposition d’images chocs ou de panneaux pédagogiques, de sa projection de films qui dérangent un peu… Bref, vous en voulez, on va vous en montrer de l’environnement, du « y a qu’à faire comme ça », du « faut qu’on s’y mette », du « bientôt ce sera trop tard ». Et que je te signe le pacte écologique pour pouvoir dormir tranquille, sur ses vertes oreilles.

Mais ce qui dort surtout tranquille aujourd’hui, ce sont par exemple les sublimes eaux de l’arroyo de l’Anse-Vata, devenues un lieu de pèlerinage olfactif pour Japonais ébahis. Ce sont les algues rouges du port, qui vont et viennent en toute liberté. Ce sont des petits crustacés vampires, qui se sont installés sans défiscalisation dans la baie des Citrons. Ce sont les batteries qui déversent lentement leur acidité dans la mangrove de la Rivière-Salée. Ce sont les carcasses d’appareils ménagers qui fleurissent de part et d’autre de la rue Champion à Ducos. Ce sont les produits recyclables qui attendent toujours d’être recyclés. Et ce sont enfin ces nuages de couleur pastel qui stationnent élégamment au-dessus de la ville, offrant une alternative au bleu d’un ciel certainement trop dur pour être honnête.

Alors, au tour des Nouméens de sensibiliser leurs élus. Ils le font, régulièrement, l’un d’entre eux s’est même récemment amusé, photo à l’appui, à effectuer un parcours qui fait le tour du centre-ville sans manquer un seul déchet. Un circuit parfois emprunté par des touristes en mal de sensationnel et qu’on rassasie à grands renforts de canettes vides et de sacs plastiques. D’aucuns considéreront qu’il est facile de critiquer ainsi, que « c’est plus compliqué que ça… », que « les normes européennes, c’est bien beau mais on est en Calédonie, ici ».

Au final, tout ça n’est pas très grave. Car de toute façon, on retombera dans le panneau pédagogique, l’année prochaine. » 

Et moi, je rajouterais :

En plus des futurs élus qui prendraient conscience de tous cela, et si chacun prenait ses responsabilités et balayait devant sa porte, au propre comme au figuré, la Calédonie serait peut-être un peu plus propre ?

clip_image001

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s